Entretiens avec Eko Daniel Guétault

       

          2-Dédicace

  Le 5 novembre 1975, j'étais ce matin-là à Paris, rue Pernéty, où se trouvait alors le dojo de l'AZI. J'étais chez Tonton.
- Tonton? qui c'est?
- Tonton, c'était le patron du bar-tabac de l'autre côté de la rue, en face du dojo. Un endroit où se retrouvaient des petits groupes d'individus en longues robes noires, vers 9 heures en particulier, après le zazen du matin.
- Eh bien! On devait se poser des questions dans le quartier!
- Au début, c'est sûr. Mais très vite les habitants du quartier n'y ont plus prêté attention.
 Ce matin-là donc, j'y prenais un café avec maître Deshimaru, et Murielle sa secrétaire. Murielle avait apporté un livre. Le premier volume d'une traduction et présentation en anglais du Shobogenso de Dogen, par Kosen Nishiyama et John Stevens. Je connaissais déjà cet ouvrage. J'en possédais le tome 2, acheté quelques années plus tôt dans une librairie de Tokyo.
Murielle souhaitait offrir ce livre à un ami, venu plusieurs fois au dojo. Elle espérait bien que Maître Deshimaru le lui dédicacerait - une citation - un poème - comme il le faisait souvent.
Elle lui en avait déjà touché quelques mots, plusieurs fois m'a-t-il semblé, et elle  comptait bien enfin obtenir satisfaction.
 Sensei se tourne vers Murielle et prend le livre qu'elle lui tend, soulagée. Il me le montre:
- This book, you know?
- Yes, Sensei.
- You have?
- That one? Not yet, but ....
Je le vois écrire sur la page de garde, et signer. Murielle tend une main pour récupérer son livre enfin dédicacé.
- Merci Sensei.
Mais Maître Deshimaru s'est tourné vers moi. Il me donne le livre avec un grand sourire.
 Murielle et moi, nous vidons nos tasses en silence, pendant que Maître Deshimaru nous rappelle les épisodes principaux de son dernier voyage en province.

 
Retour au sommaire                      

  
Retour à la page d'accueil