Dojo de Tours
                                                                                                                                        

  "Octobre 1967. C'est à cette date que nous avons commencé à Tours à nous réunir pour pratiquer Zazen.
 Ce n'était pas de notre part une volonté, mais ce n'était pas non plus pur hasard. C'était plutôt la conséquence d'une convergence de conditions positives, de la même façon qu'une graine germe tout naturellement lorsque sont réunies les conditions favorables et nécessaires d'aération du sol, de chaleur et d'humidité.
 En l'occurrence un groupe d'amis se disait intéressé; nous avions un kyosaku, on nous proposait une salle: il ne nous restait plus qu'à nous mettre d'accord sur l'horaire.
 Maître Deshimaru est arrivé à Paris le 17 juillet 1967. Il a passé l'été au camp macrobiotique du Brusc (près de Toulon) , où je l'ai retrouvé. Chaque jour, en fin d'après-midi au retour de la plage, nous nous asseyions dans la posture de zazen, sous sa direction. Lorsqu'est venu le moment du départ et de la séparation, je l'ai invité à venir visiter la Touraine.
 A Tours, Maître Deshimaru a donné une conférence rue d'Entraigues, dans la salle de Odette Schertz, professeur de yoga, macrobiotique, qui elle aussi avait fait sa connaissance l'année précédente au Japon. Cette conférence avait rassemblé une trentaine de personnes, parmi lesquelles certaines exprimèrent le désir de mettre en pratique les éléments que Maître Deshimaru leur avait présentés.
 En 1966, l'année précédente donc, alors que déjà les premiers jeux olympiques culturels et spirituels, motifs de notre voyage, n'étaient plus qu'un vivant souvenir et que notre séjour au japon prenait fin, Maître Deshimaru m'avait remis un "certificat d'études de zazen" et .... un rakusu et ....
   - EKO.
   - What Sensei?
   - EKO. I give you a zen name.
 J'étais resté silencieux. Surpris, perplexe et confiant. Mon nom serait désormais
Eko Daniel Guétault

 Au cours de sa visite en Touraine, Maître Deshimaru eut l'occasion de rencontrer Mr André Housseau, artisant-ébéniste, rue Victor Hugo à Tours. Il lui demanda s'il lui était possible de tailler un kyosaku, sur le modèle de celui que lui-même avait apporté dans ses bagages. André en tailla trois.
 Avant de quitter Tours pour Grenoble où des amis macrobiotiques l'attendaient, Maître Deshimaru m'en donna un.
 Missionné sans l'être, missionné sans le savoir, j'ai commencé à diriger des séances de zazen à Tours.
         Le dojo était né. "
                                                           
                                        D. Guétault

                                                                                                       
          

  Le dojo possède une bibliothèque d'une centaines de livres, revues et magazines traitant du zen, du bouddhisme, de l'alimentation naturelle macrobiotique etc.... qui sont à la disposition des pratiquants.

                            
  
Retour à la page d'accueil