Entretiens avec Eko Daniel Guétault

                               12- La guen-maï
                                   - Boire la guen-maï
                                   -
                                   -
 
 



           


         Boire la guen-maï  
                      
Boire la guen maï ......
- C'est prendre le temps de manger calmement et en silence.
- C'est ne pas confondre concentration et précipitation.
- C'est garder l'esprit concentré sur l'action en cours, sur l'instant présent.
- C'est goûter chaque cuillerée de riz, et la mâcher jusqu'à lui donner une consistance liquide dans la            bouche.
             
                      
Boire la guen maï ......
- C'est aussi manifester de la reconnaissance pour le jardinier qui a cultivé les légumes, et pour le cuisinier    qui les a lavés et coupés.
- C'est exprimer de la compassion pour notre environnement. C'est manger de moindres quantités,              consommer pour satisfaire un besoin et s'en contenter.
- C'est aussi  de la compassion pour soi-même. Ménager son estomac et son foie, mieux assimiler le riz        dont la digestion commence dans la bouche avec la salive.
 
         Boire la guen maï ......
- C'est soigner la racine.
- C'est faire de son mieux pour prévenir avant d'avoir à guérir.
- C'est redonner une dimension spirituelle au bon sens ordinaire.
- C'est une invitation à conserver dans le social l'esprit que nous créons et développons en pratiquant          zazen.

- Est-ce là tout ce que vous pouvez nous dire?
- Non.
- Que nous diriez-vous encore?
- Rien.
Le plus important, nous le découvrons nous-mêmes en prenant l'habitude, le matin au petit déjeuner, de boire notre guen-maï.
 

                    
Retour au sommaire
   
                    Retour à la page d'accueil