Koan



                        Je m'étais inscrit à la sesshin de fin d'année. Arrivé à la Gendronnière
                   dans l'après-midi, bien avant l'heure du dîner, je décidais d'aller saluer
                   Maître Deshimaru.
                        Il étais assis dans le petit salon qui lui servait de bureau. On avait
                   allumé un feu dans la cheminée quelques heures plus tôt, un feu qui
                   maintenant se mourrait.
                         Nous sommes assis dans une demi-obscurité, Maître Deshimaru reste
                   silencieux. Je connais le sens de ces silences qui durent.
                         J'attends ......
                         Sensei prend alors la paire de pincettes posée contre le montant de la
                    cheminée, et toujours sans mot dire, les yeux fixés sur les braises, il
                    replace les tisons fumeux bien au centre de l'âtre, un à un, avec des gestes
                    lents et précis.
                          Nuage de fumée.
                          Soudain une flamme. Le feu repart. Les flammes éclairent la pièce. Une
                    chaleur forte se fait immédiatement sentir.
                          Sensei se lève et me souhaite une bonne soirée.











                                                                
                                                                  3