Entretiens avec Eko Daniel Guétault



                            4- Première guen-maï  
                                - 1968

                               
- Préparation de la guen-maï
                                - Les compléments
                                     . Le gomasio
                                     . La sauce de soja
                                     . Le thé de 3 ans
                                - Le lendemain dimanche
   
                1968.  

             C'était au début de l'année 1968, à Gretz dans la banlieue de Paris, chez Taigen René Joly, premier moine ordonné par maître Deshimaru. Dans le parc qui entourait sa demeure, René Joly, bouddhiste depuis trente ans, avait construit un dojo.
  " Une grande salle pouvant accueillir vingt-cinq personnes, cinq cellules, dans un bâtiment traditionnel, de pierre, bois et tuiles, au milieu des arbres en bordure d'une forêt, constituait un lieu idéal pour la pratique de la méditation, pour les retraites" ( Vrai zen - 1ère édition.)
   Maître Deshimaru m'avait téléphoné pour m'inviter à m'inscrire au week-end programmé. Ce fut ma première sesshin.

                                                                                                                                                                           

   Le samedi matin au petit déjeuner, il y avait sur la table du thé et du café, un sucrier (du sucre roux), du pain (complet) et du beurre, du miel et des pots de confiture. Les pots et les corbeilles circulaient d'un bord à l'autre de la table.

  - Le pain, s'il vous plait. Merci.
  - Le beurre? non, mais... le miel.
Comme par hasard le miel est... là-bas. Le pot passe de main en main avec des sourires de remerciement.
 Maître Deshimaru est assis au milieu de la longue table. A sa droite, la maîtresse de maison est pour lui pleine d'attentions:
  - Sensei, what do you want?
Tea or coffee?
 
- sensei, voulez-vous goûter à ma confiture de fraises maison - home made!
 
- You made?
  - Yes sensei.
Very good.
  J'étais assis en face de Maître Deshimaru. depuis un moment, je remarquais son mutisme. Il se tenait comme en retrait. Je sentais qu'une idée lui trottait dans la tête. Soudain, il me regarde:
  - To-morrow guen-maï!
Quoi? guen-maï? C'est la première fois que j'entends parler de guen-maï.
 
- Yes, sensei. But.... guen-maï.... what is it?
 
- Rice-soup!
Ah! une soupe de riz. Je vois mieux de quoi il peut s'agir, mais, prudence oblige, j'aimerais bien recevoir des instructions plus précises.
 
- Yes, sensei. But....
  - You - macrobiotic. You know.
Maître Deshimaru est maintenant en conversation avec sa voisine. Je comprends que je ne recevrai pas d'autres explications. Bon! je ferai... comme je sais faire. On verra bien.

Retour en début de page

                                                                                                                                                                           

 Préparation de la guenmaï.
   1) Le riz:
      . préférer le riz rond complet
     
. mesurer 400g de riz pour quinze personnes
      . le verser dans plusieurs fois son volume d'eau froide
      . saler légèrement
      . porter à ébullition et écumer.
   2) Les légumes:
      . quelques oignons coupés en lamelles
      . laver carottes et navets, les couper en dés
      . dans un récipient à fond épais, faire revenir légèrement dans un peu d'huile de sésame, les oignons,           les navets, les carottes
      . les verser avec le riz.
   
3) Cuisson: laisser cuire à feu doux 2 à 3 heures.

         Retour en début de page                                   

                                                                                                                                                                         

Les compléments.
I) Le gomasio
ou sélame:
  . faire griller légèrement des graines de sésame complet.
     . ajouter du sel également grillé légèrement ( en général, une cuillerée de sel pour huit ou dix de                  sésame).
     . écraser et bien mélanger sel et sésame dans un mortier.
   N.B:  - Les graines de sésame ne doivent être ni trop grillées ni complètement réduites en poudre.
            - Le gomasio peut être conservé jusqu'à huit jours dans un pot hermétiquement fermé.
II) La sauce de soja:
    
Riche en protéines végétales, la sauce de soja peut remplacer le sel avec les légumes et dans les               potages.
    Très yang, on la recommande contre la fatigue et contre le froid.
    Mais:  - elle doit être utilisée en petite quantité ( pas plus de 3 cuillerées à café par jour pour un                        adulte).
              - ne pas donner aux jeunes enfants
III) Le thé de 3 ans (ou thé bancha) :
     1 cuillerée à soupe rase de thé légèrement grillé, dans 1 litre d'eau, froide ou bouillante. Laisser               bouillir quelques minutes.
    Les feuilles peuvent être utilisées une seconde fois (avec moins d'eau, en laissant bouillir plus                   longtemps). 
Retour en début de page
   

                                                                                                                                           

                                                

   Le lendemain dimanche, devant chaque chaise sur la table, un bol, une cuillère. C'est tout? oui. 

Sur quelques visages on peut lire interrogation et perplexité. Qu'est-ce qu'on va donc manger ce matin? Vous le savez, vous? Dans l'incertitude on observe Maître Deshimaru, on note chacun de ses gestes, et on fait comme lui.

 Sensei s'est assis sans un mot. Et puis, il marque un temps d'arrêt toujours silencieux. Alors, personne ne parle.

Jacques et moi nous servons la guen-maï. De la soupe au petit déjeuner!

Certains ne peuvent dissimuler une grimace. Et ce liquide noir dans les tasses? Maître Deshimaru lui-même n'en a versé qu'une petite cuillerée dans son bol. Nous mangeons rapidement.

Les pots de thé de trois ans sont là dèjà sur la table devant Maître Deshimaru. Sensei me tend le même bol dans lequel il vient de manger la soupe de riz. Je le remplis - à demi. Et maintenant voilà qu'il touille le thé avec sa cuillère; il passe et repasse sa cuillère contre le bord du bol pour en effacer la moindre trace de riz, lentement, avec une grande application, et toujours en silence.

Ceux qui ont laissé de la guen-maï dans le fond de leur bol, se hâtent de racler et d'avaler les morceaux de carotte oubliés. Maître Deshimaru boit son eau de vaisselle - pardon! son thé de 3 ans - tranquillement, calmement. Alors on goûte. Une petite gorgée pour commencer. Bah! ce n'est finalement que du thé avec des miettes de riz. Du bouillon, en somme. On suit le maître. Personne ne se plaint. Les esprits cessent de s'agiter.

 Maître Deshimaru me regarde droit dans les yeux:

 - guen-maï, good!.

   

Retour en début de page
Retour au sommaire

Retour à la page d'accueil